Blog

MAS le 27 Nov


Ce n'est pas toujours facile de faire apparaître la magie du théâtre d'ombres...

Les acteurs essaient, mais nous y arriveront !

Nous poursuivont notre travail autour du théâtre d'ombres en vue d'un spectacle en janvier 2014. Il faut que nous trouvions le moyen technique pour que les résidents se placent de profil afin de mieux voir l'image qui se découpe sur le drap.

Pour l'instant, il est vrai qu'ils ne voient pas ce que cela fait quand ils jouent derriére le drap. La semaine prochaine, nous leur montrerons les films de leur passage en ombres chinoises.

Mais où est Shark ?

Nous avons inventé tous ensemble l'histoire du requin Shark. Notre aventure est à son commencement. Nous avons fixé le texte, mais il pourra évoluer et se développer.

Maintenant que nous voyons que cela fonctionne, le groupe va réaliser des marionnettes plus grandes et plus maniables. Le texte est maintenant posé. Chacun va au cours des répétitions s'en rappeler petit à petit.

Après une séance à l'ESAT

Voici un interview après l'atelier de jeudi 21 novembre de LU. Ce n'est pas facile de répondre comme ça, sans préparation à des questions que l'on nous pose jamais. LU a bien voulu se prêter à ce jeu de question/réponse.






Un poème à la MAS

Un des résidents L. sait lire. Il a une difficulté d'articulation mais la lecture est présente. Le faire lire en public est toujours un objectif, pour 2 raisons. Le premier le maintien de cet acquis. Le fait de répéter plusieurs fois le texte au cours de plusieurs mois peut l'aider dans sa maitrise du texte et de sa compréhension. Pour la deuxième raison, en public. C'est une manière de rappeler à tous que L. sait lire. Pour lui s'est une valorisation de sa personne. Il n'est pas qu'une personne poly handicapée, il a des savoirs.

Il lit un poème de Maurice Carême.

Le chat et le soleil


 Le chat ouvrit les yeux

Le soleil y entra

Le chat ferma les yeux

Le soleil y entra

 

Voilà pourquoi, le soir

Quand le chat se réveille

J’aperçois dans le noir

Deux morceaux de soleil.

Un essai de marionnette

Elles ne sont pas très belles. Elles sont faites en papier, sur des bâtons de mikado, mais il n'est pas toujours nécessaire de se lancer dans de grandes réalisations quand on ne sait pas si le groupe va continuer dans cette direction.

Cependant pour le jeu théâtral, il est intéressant d'expérimenter d'autres angles comme la marionnette. Le joueur est caché, il fait jouer sa marionnette, il est donc moins en prise avec le regard du spectateur. Cela peut l'aider pour s'exprimer, d'être plus juste dans ce qu'il joue. 

Les enfants ont réaliser leurs marionnettes, nous avons inventer ensemble cette histoire. 

Cet atelier est mené dans un EME.


Poésie et vidéo

Dans le cadre de l'atelier vidéo au CATTP, nous essayons  la poésie et image.

D'après le poème de Raymond Queneau "Il pleut", Latifa a écrit son propre poème 'Il mouille". Nous l'avons illustré avec des vues de Paris.

Un petit moment de joie

Ced adore danser le hip hop. Chanter aussi le rap. Pafois, je lui signifie que ce n'est pas l'atmosphère de la séance ou du spectacle. Mais si cela s'y prête, je le laisse libre, et les autres suivent. C'est un moment où il s'exprime totalement. Il est fier de pouvoir faire ces pas, ces mouvements de danse.


Un poème

Nous essayons d'amener tous types de matériaux, pour amener les résidents à un mieux être. Aujourd'hui, lecture d'un poème. Tous ne comprennent pas la signification mais on peut se laisser aller au charme d'un autre langage.


Un salut

A la fin de la séance, pour la terminer, nous mettons en cercle. Chacun vient saluer comme il le souhaite  et tous l'applaudissent. C'est moment de séparation heureuse qui marque la fin mais qui donne de l'espoir pour se retrouver la seamine prochaine.

Séance n°7

Nous continuons notre parcours autour des thèmes du soleil,  de la lune, des étoiles. Cela peut surprendre de la part de personnes souvent polyhandicapées, mais elles sont actives, demandent à participer. Depuis le mois de septembre, c'est à dire à la reprise, tous les résidents ont envie de faire quelque chose pendant l'atelier, notamment par rapport aux exercices de voix et de mouvement.

Dans cet extrait, on peut voir que l'écriture fait parti de leur univers.

Nous poursuivons l'exploration des ombres chinoises. Ce n'est pas toujours simple...

La dernière

C'était aujourd'hui la dernière des Deux timides. Il est souvent difficile de se remobiliser tous les 15 jours pour une nouvelle représentation. On pense que "ça roule", on a déjà eu le trac, le plus dur est passé, on sait les textes etc… mais c'est le piège ! C'est là que rien ne va. En plus, nous avons changé à chaque fois de confirguation de salle. Pour celle-ci, nous n'avions qu'une coulisse, alors qu'à l'origine, nous avions besoin de 3 entrées.

Mais rien de tout cela s'est produit ! Les acteurs ont été au top, toujours soucieux de bien faire et fière de montrer notre travail. Bien que les conditions ne soient pas évidentes, mise en place public, attente de spectateurs en retard, un espace de jeu 3 fois plus petit… Ils ont assuré. Ils étaient présents "ici et maintenant".



 ©THÉÂTRE EN SAC 2013